Le guide complet pour une rédaction web optimisée réussie

rédaction webLa rédaction web optimisée est une arme pour votre site internet, voire pour votre marketing digital. Là où la compétition est dure, la rédaction web devient primordiale et pourra créer la différence.

 Qu’est-ce qu’on entend dire par rédaction web optimisée ? Comment la réussir ?

La rédaction web optimisée est l’une des techniques utilisées dans le référencement naturel. Pour la réussir, il y a plusieurs règles que devez respecter.

 

Afin de vous expliquer profondément cette notion de rédaction web optimisée, appelée aussi rédaction SEO, notre agence web seo vous propose ce guide complet. Ici, nous vous expliquons de quoi s’agit-il exactement, pourquoi c’est assez important et comment faire pour être un bon rédacteur SEO.

rédaction web optimiséeSommaire

 

 

1. Qu’est-ce que la rédaction web optimisée ?

1.1.Définition

La rédaction SEO (rédaction web optimisée) fait partie de la rédaction web. Il s’agit de rédiger des contenus qui répondent aux normes des algorithmes des moteurs de recherche et qui plaisent aussi aux internautes.

Il s’agit alors de respecter les règles des algorithmes des moteurs, souvent difficiles à déduire sans des analyses et évaluations pertinentes et régulières, et de répondre en même temps aux attentes des lecteurs ciblés.

L’objectif de la rédaction web SEO est de positionner vos contenus dans les premiers résultats de Google (nous allons nous concentrer sur ce moteur de recherche) afin qu’ils soient visibles et attirer, ainsi, le maximum des internautes intéressés par votre contenu.

Vous l’avez certainement compris alors, c’est une manière d’améliorer votre référencement naturel.

 

1.2.Est-ce que je peux faire la rédaction web optimisée de mon contenu web moi-même ?

⇒ Témoignage 1

Voici le témoignage de notre rédactrice : « Quand j’ai commencé à travailler ici, j’étais nulle en rédaction web SEO. Toutefois, avec le temps, j’ai appris à la maîtriser et j’en ai fait toute une carrière. »

En effet, le plus important est d’avoir un très bon niveau en français à l’écrit. Sachez également que les règles de la rédaction web SEO ne sont pas fixes. Pour les connaître et actualiser ses connaissances en la matière, il faut vraiment dépenser du temps à faire des recherches et tester.

 

Témoignage 2

D’autre part, la rédaction web SEO n’est pas seulement une écriture. En fait, pour qu’elle soit bien utile, plusieurs éléments doivent accompagner le contenu textuel. Nous citons, par exemple, l’optimisation URL, l’expérience utilisateur, le design et la mise en page, les images et les vidéos, le maillage interne et externe, l’analyse des résultats en utilisant des outils spécialisés, la recherche des mots clés et l’audit référencement, etc. Dans ce cadre, l’intervention d’un référenceur web sera nécessaire.

Voici un autre témoignage de notre rédactrice : « Je travaille comme rédactrice web SEO depuis plus de 3 ans. Si je maîtrise ce genre d’écriture, je n’arrive toujours pas à utiliser les outils d’analyse et à maîtriser des astuces techniques complémentaires à la rédaction comme la mise en page sur le backoffice. Et en plus, ça ne me plaît pas, tout simplement. Je dois alors toujours demander l’aide des référenceurs qui travaillent avec nous. »

Alors ?

Ainsi, vous pouvez faire vous-même votre rédaction web mais vous devez certainement avoir recours à un référenceur pour des tâches complémentaires mais nécessaires à votre stratégie.

 

Peut-être déléguer la tâche à un professionnel ?

Par ailleurs, c’est un processus qui prend du temps. En effet, il ne s’agit pas d’écrire un article mensuel, mais plusieurs et de façon régulière. Il vaut alors mieux vous concentrer sur le cœur de votre activité et déléguer cette tâche à un professionnel, idéalement une agence spécialisée dans le référencement naturel.

C’est qu’une agence mettra, naturellement, à votre disposition une équipe de rédacteurs et de référenceurs compétents et toujours au courant des nouveautés de l’algorithme Google. Elle saura alors vous conseiller sur votre stratégie de marketing et vous accompagner pour élargir votre audience.

 

Voici toutefois ce que vous devez savoir en termes de rédaction web SEO. Si vous décidez de ne pas le faire vous-même, vous aurez une idée détaillée sur ce sujet pour garantir de ne pas être arnaqué par un professionnel qui ne l’est pas.

 

1.3.Les types de contenus web optimisés

Il existe plusieurs types de rédactions web : 

 

2. Ce que vous devez faire avant la rédaction web optimisée

2.1. Connaître votre audience et identifier votre cible

Toute action de Marketing doit être précédée par la détermination de la cible. On peut alors appliquer cela à la rédaction web, particulièrement, la rédaction web SEO. Une fois que cela est fait, vous devez apprendre à vous approcher d’elle.

Ainsi, avant de commencer la rédaction du contenu, il faut que le rédacteur ou la rédactrice web connaisse son audience. Cela permet à l’éditeur de cerner les besoins de son lectorat et de produire, ainsi, un contenu adapté. Cette étape se trouve alors primordiale dans la rédaction web SEO.

Pour cela, vous pouvez visiter les blogs, les forums et les réseaux sociaux où vous pouvez trouver votre cible. Prenez en considération leurs questions pour avoir une idée sur les informations que vous devez inclure dans votre texte.

Après cette étape, on peut commencer la rédaction sur de bonnes bases.

 

2.2.Bien choisir vos mots clés

Le mot clé renvoie à la requête réalisée par l’internaute afin de trouver une réponse sur les moteurs de recherche. En rédaction web SEO, le choix et l’utilisation des mots clés sont primordiaux.

Ainsi, établir une stratégie de rédaction qui prend en considération principalement les mots-clés est important pour votre marketing digital.

Supposons, par exemple, que vous écrivez un excellent article sur un mot-clé qui fait partie du jargon de votre domaine, mais qui n’est pas utilisé par les internautes. Certainement, il ne sera pas visible.

 

Comment trouver des mots clés efficaces ?

  • Commencez par vous poser des questions comme : « Qui suis-je ? », « De quoi parle mon blog ? », « Quels potentiels me permettent de me distinguer du concurrent ? », etc. Les réponses vous aideront à vous guider lors de votre stratégie éditoriale.
  • Mettez-vous dans la peau de votre internaute. Comment effectuera-t-il sa recherche ?
  • Regardez le volume de recherche. Vous le trouvez intéressant ?
  • Étudiez les mots clés sur lesquels vos concurrents se positionnent.

 

Remarque

Sachez qu’il existe plusieurs outils qui vous permettent de générer des mots clés pertinents.

 

La longue traîne

Vous référencez sur les mots-clés dont le volume de recherche est élevé est difficile. Cela est valable surtout pour les nouveaux sites et les domaines concurrentiels. Toutefois, la longue traîne peut faciliter votre référencement naturel. Il s’agit d’une expression qui contient au moins 3 mots. Ainsi, en raffinant votre stratégie de mots-clés et en vous focalisant sur les longues traînes, vous pourrez optimiser remarquablement vos chances à bien se positionner et augmenter votre trafic.

 

Générer des mots clés secondaires

Générer des mots clés secondaires permet d’optimiser la sémantique du contenu textuel que nous allons expliciter dans la partie suivante.

Parmi les outils que vous pouvez utiliser pour générer des mots-clés secondaires, nous citons 1.fr dans sa version payante. Il vous fournit des mots-clés secondaires en rapport avec votre mot-clé principal. Choisissez les plus adéquats avec votre thématique pour les inclure dans le texte.

 

2.3.Trouver des sources spécialisées dans le sujet choisi

Avant de passer à la rédaction, il faut trouver des sources crédibles et spécialisées dans le sujet que vous traitez. Lisez un maximum d’articles pour consolider votre savoir sur la question et pour écrire un contenu détaillé et de qualité.

Notez les idées à reprendre, les idées qui n’ont pas été analysées par les concurrents, etc.

 

Attention !

Il ne faut pas reprendre les phrases et les paragraphes de vos concurrents mot à mot. Cela sera considéré comme une duplication et vous risquez d’être pénalisé.
Aussi, il ne faut pas abandonner totalement votre ligne éditoriale au profit du SEO. Rappelez-vous que les optimisations SEO que vous faites ne doivent pas rendre le texte répétitif et difficile à lire.

 

3. Ce que vous devez faire lors de la rédaction web optimisée

3.1.Bien utiliser vos mots-clés

Ne pas entasser les mots clés

Certes, il est important d’inclure des mots clés forts dans votre texte, cependant, il ne faut pas sur-optimiser. En effet, rien ne montre que les moteurs de recherche préfèrent une densité particulière. Bien au contraire, votre texte doit apparaître naturel.

Inclure tous les mots clés peut aussi rendre le contenu lourd et difficile à lire.

 

Utiliser seulement les mots-clés pertinents

Quand vous construisez une liste de mots clés pour votre texte, affinez-la et ne gardez que les termes pertinents.

Une bonne pratique consiste à bien placer votre mot clé principal et à utiliser la sémantique. Veillez à ne pas insérer des termes clés qui n’ont pas de rapport avec votre sujet.

 

3.2. Soigner votre structure

Un contenu textuel bien structuré obtiendra certainement un meilleur positionnement. Afin de structurer votre texte, vous devez utiliser les balises hn, soit <h1></h1> puis <h2></h2>, voire ensuite <h3></h3> etc. Il faut surtout respecter l’ordre hiérarchique et ne pas faire un saut de niveau des titres hn.

Ce sont des balises HTML qui renvoient aux titres de vos contenus et aux sous-titres. Le h1représente le titre principal de l’article, les h2 représentent les titres des parties, les h3 à h6 représentent les sous-titres, soient les titres les moins importants.

Exemple

Voici un exemple tiré de cet article même :

⇒ H1 : Le guide complet pour une rédaction web optimisée réussie

 

⇒ H2 :

  • Qu’est-ce que la rédaction web optimisée ?
  • Ce que vous devez faire avant la rédaction web optimisée
  • Ce que vous devez faire lors de la rédaction web optimisée
  • Ce que vous devez faire après la rédaction web SEO

 

⇒ H3 :

  • 1.Définition
  • 2.Est-ce que je peux faire la rédaction web optimisée de mon contenu web moi-même ?
  • 1. Connaître votre audience et identifier votre cible
  • 2.Bien choisir vos mots clés
  • 3.Trouver des sources spécialisées dans le sujet choisi

 

⇒ H4 :

  • 2.1. Témoignage 1
  • 2.2. Témoignage 2
  • 2.3. Alors ?
  • 2.4. Peut-être déléguer la tâche à un professionnel ?
  • Etc.

 

Les règles à respecter pour une rédaction web SEO réussie

  • Le h1 ne doit pas dépasser 70 caractères ;
  • Il doit contenir votre mot clé principal ;
  • Les autres titres ne doivent pas impérativement contenir le mot clé principal. Trop en mettre sera considéré comme une sur-optimisation ;
  • Il vaut mieux insérer votre mot clé principal au moins une fois tous les 150 mots. Attention, toutefois, à une répétition excessive. Si vous travaillez sur WordPress, utilisez l’extension Yoast SEO qui saura vous guider pour bien structurer votre texte ;
  • Chaque partie comprise entre 2 titres hn ne doit pas aussi dépasser 150 mots.

 

Rédiger des titres qui accrochent

Le titre h1 est l’accroche du texte. Il doit alors miroiter le sujet du contenu et susciter l’envie de lire. En effet, c’est la première chose que le lecteur verra une fois il est sur votre page, soit la deuxième chose qu’il va voir s’il décide de cliquer (à voir après).

Cela est valable pour les h2 et les autres sous-titres qui doivent être sexy. En effet, les lecteurs jettent souvent un coup d’œil rapide sur l’ensemble avant de se lancer dans la lecture. Les hn seront alors la deuxième chose qu’ils vont vérifier. Si les hn ne reflètent pas ce qu’ils cherchent, ils quitteront rapidement votre page.

 

Autres règles de méthodologie structurelle

  • Votre contenu doit contenir 3 parties majeures : une introduction, un développement et une conclusion.
  • La longueur de l’introduction dépend de celle de l’ensemble de l’article. Si l’article comprend plus de 600 mots, veillez à structurer votre introduction : une introduction générale, soit un petit paragraphe qui s’attaque directement au besoin du lecteur, une problématique sous forme de question et un similaire de réponse, une introduction détaillée qui présente l’article.
  • Le sommaire : à insérer si votre article contient plus de 1000 mots. Généralement, c’est nécessaire pour les articles de blog. Il permet au lecteur d’avoir une idée plus claire sur ce que vous proposez.
  • Le développement doit être structuré selon des titres hn (comme nous venons de le dire) ;
  • Une conclusion, idéalement, construite de 2 paragraphes : un résumé de ce que vous venez d’écrire et une ouverture sur un autre sujet lié à celui de votre contenu.

 

3.3. Bien rédiger vos métadonnées

Les métadonnées renvoient à la balise title, soit le titre SEO, et la balise méta-description.

Ce sont les données que l’internaute va trouver en premier lieu, sur la page des résultats du moteur de recherche.

Voici les règles SEO à respecter :

  • Le titre SEO ne doit pas être long. La moyenne est située entre 50 et 80 caractères. En effet, les normes de longueur varient et il n’est pas évident de pouvoir saisir les changements de l’algorithme Google. Par ailleurs, il doit contenir votre mot clé principal et, de préférence, un autre secondaire. Il doit aussi être attractif.
  • Les mêmes règles s’appliquent à la méta-description sauf que sa longueur varie, aujourd’hui, entre 130 et 160 caractères.
  • Si vous utilisez Yoast SEO, vous serez alerté si vos métadonnées sont trop courtes ou longues. Sinon, vous pouvez toujours visualiser votre contenu pour vérifier si vos métadonnées s’affichent complètes sur les pages de résultats.

Attention !

Il faut faire la différence entre le titre SEO (balise title) et le titre h1. Le premier est le titre indiqué sur la page des résultats. Le deuxième est le titre de l’article qu’on trouve en haut de la page. Nous recommandons des titres différents pour éviter les conséquences de la duplication.

 

Remarques

  • Si la balise méta-description n’est pas renseignée, Google va insérer les premières lignes de votre contenu.
  • Les métadonnées doivent refléter l’objectif de votre contenu.
  • Il sera plus correct d’écrire les métadonnées après la rédaction web SEO de l’article.

 

3.4. Rédiger des paragraphes riches sur le plan sémantique

Aujourd’hui, l’algorithme du moteur de recherche Google analyse la sémantique des contenus web.

La sémantique renvoie au sens des mots et au sens du texte. Ainsi, un contenu sémantiquement riche aura plus de chances d’avoir un bon positionnement sur les résultats du moteur de recherche. Cependant, il ne s’agit pas de bourrer votre texte de mots clés.

En effet, vous devez plutôt enrichir le contenu de termes appartenant au même champ lexical que votre mot-clé. Par exemple, pour écrire un article qui gravite autour du mot-clé « référencement », on peut employer aussi des termes comme : « référencement naturel, SEO, référencement payant, positionnement, etc. ».

Afin que le contenu soit suffisamment optimisé sur le plan sémantique, il faut qu’il contienne au moins 5 % de termes lexicaux, soit environ 30 termes pour un texte qui contient 600 mots.

 

Pourquoi soigner la sémantique est important ?

Soigner la sémantique de votre contenu est important car les moteurs de recherche exigent que la thématique soit suffisamment claire pour savoir où vous classer sur l’échelle de pertinence.

 

3.5. Veiller à ce que votre texte soit lisible

La lisibilité d’un texte renvoie à la facilité de sa compréhension. Cette dernière vous aide à retenir mieux votre lecteur sur votre site et augmente alors, implicitement, son engagement.

Sachez que même si vous présentez un excellent produit ou service, le prospect quittera vite votre page si le texte est difficile à comprendre.

Sachez également que plus le temps passé par les visiteurs sur la page est long, mieux vous serez classé.

 

Ce que vous devez faire pour que votre texte soit lisible

Afin que votre texte soit lisible, vous devez faire attention à :

  • La longueur des phrases et des paragraphes : en effet, vous ne devez pas en mettre trop. Les phrases longues rendent le sens plus compliqué à comprendre et les paragraphes longs font fuir le lecteur. On recommande des paragraphes qui ne dépassent pas les 5 lignes. Par ailleurs, veillez à bien aérer vos textes de blog. Ces derniers sont généralement beaucoup plus longs que des textes de pages.
  • La voix passive : en effet, trop de phrases à la voix passive dilue le message. Par contre, la voix active se trouve directe et nette ce qui rend le contenu plus engageant.
  • La typographie et la forme du texte : il faut, en effet, aérer le texte et laisser au moins une ligne vide après chaque partie ou sous-partie. Utilisez également le gras pour marquer les idées les plus importantes.

 

Autres recommandations afin que votre texte soit lisible

  • Explicitez un concept à chaque paragraphe, pas plus.
  • Évitez d’employer des expressions compliquées, un vocabulaire sophistiqué et des tournures lourdes.
  • Faites attention aux fautes de langue pour un contenu de qualité. Rappelez-vous également que les erreurs de syntaxe et de ponctuation influencent la compréhension. D’autre part, les fautes finissent par inciter le lecteur à se désintéresser de ce que vous proposez. Cela nuit gravement à votre réputation comme rédacteur web.

 

3.6.Glisser des liens internes

Qu’est-ce que nous voulons dire par liens internes ?

On parle ici du maillage interne de votre site. En webmarketing, cela renvoie à l’ensemble des liens qui relient les diverses et multiples pages d’un même site entre elles.

Cette notion permet d’améliorer la navigation dans un site web et, donc, améliorer l’expérience utilisateur. Les deux pratiques améliorent aussi le référencement naturel du site.

 

Ce que Google vérifie

Google utilise les liens internes afin de vérifier la qualité de navigation sur votre site. Pour cela, il vérifie :

  • La pertinence de vos contenus ;
  • La popularité des pages de votre site ;
  • Le rapport entre les pages.

Ainsi, les liens internes se trouvent-ils déterminants dans le classement de votre site et de vos pages.

 

Comment gérer vos liens internes ?

Pour aboutir à un bon maillage interne, vous devez faire attention à :

  • La cohérence des liens.
  • Leur position : les liens positionnés au niveau de la ligne de flottaison sont plus efficaces en termes d’optimisation SEO et se trouvent plus visibles pour les moteurs de recherche.
  • L’ancre du lien : il s’agit du mot ou de l’expression sur lequel/laquelle est appliqué le lien. Afin de ne pas décevoir votre lecteur, veillez à ce que le mot ancré soit pertinent par rapport au sujet de la destination. Par ailleurs, vous devez éviter les ancres généralistes de type : »Cliquez ici », « En savoir plus », « Plus de détails », etc.
  • La qualité et non pas la quantité.

 

Attention !

Évitez de mentionner le même lien plusieurs fois.

Bourrer votre contenu de liens internes aura un contre effet.

Évitez d’insérer des liens qui renvoient à des sujets qui ne sont pas proches du vôtre. Rappelez-vous toujours que l’objectif du lien est d’éclairer un peu plus le lecteur sur votre sujet.

 

3.7. Ecrire un texte long

Les textes longs offrent plus de valeur aux lecteurs, cependant, il faut qu’ils soient de qualité. La longueur est aussi considérée comme un critère de qualité que Google prend en considération dans le classement de votre contenu.

En général, un texte optimisé doit contenir au moins 600 mots. Cela varie aussi selon le mot-clé choisi. Pour savoir combien de mots vous devez écrire, vous pouvez jeter un coup d’œil sur vos concurrents. Il vaut mieux que votre article soit plus long que les siens.

Par ailleurs, il existe des outils en ligne qui vous indiquent combien de mots vous devez écrire selon votre mot clé principal. Citons, par exemple, Optimiz Content.

 

3.8. Etre émotionnel

Afin de vous rapprocher de votre lecteur et de le convaincre, vous devez jouer implicitement sur ses émotions. Pour cela, vous devez utiliser des « mots et des expressions puissants » dans votre contenu textuel.

Une fois vous touchez la corde émotionnelle, vous aurez plus d’influence sur lui.

 

3.9. Utiliser une bonne police

Les caractères doivent avoir une bonne police et une bonne taille pour que votre contenu textuel soit plus facile à lire et plus agréable visuellement.

 

3.10. Parler le langage de vos lecteurs

Adoptez plutôt un ton de conversation avec votre public cible. Avec le temps, votre lectorat sera plus étendu et les moteurs de recherche le remarqueront.

 

3.11. Intégrer des études de cas

Si votre secteur et votre sujet vous le permettent, n’hésitez pas d’intégrer le maximum d’études de cas. Les internautes et les moteurs de recherche apprécient ce type d’arguments, considéré comme détaillé et réel.

 

3.12. Ne pas essayer de satisfaire tout le monde

Visez plutôt votre cible. Essayer de plaire à tout le monde sera de l’énergie et du temps gaspillés pour rien.

 

4. Ce que vous devez faire après la rédaction web SEO

4.1. Ajouter des photos

Ajouter des photos vous permettra d’être plus visible. En effet, les statistiques montrent que les contenus qui intègrent des photos, des infographies et d’autres éléments visuels ont environ 94% de visionnages en plus. En contrepartie, ne pas utiliser des images dans votre contenu est une erreur majeure.

D’autre part, l’utilisation des images a un effet sur l’optimisation pour les moteurs de recherche. Pensez, toutefois, à renseigner l’attribut alt de la balise image.

 

Comment optimiser les images pour le référencement ?

Afin d’optimiser les images intégrées dans le contenu textuel, il faut :

  • Veiller à ce qu’elles soient de bonne qualité ;
  • Choisir des images libres de droit si ce sont des images gratuites en ligne ;
  • Faire attention à l’attribut ALT, l’attribut Title, le nom du fichier, la légende et la taille de l’image.
L’attribut ALT

Cet attribut renvoie à une courte description de l’image utilisée. Elle sert à indiquer à Google et à l’utilisateur le contenu de l’image si cette dernière ne s’affiche pas. Évitez, toutefois, d’écrire un paragraphe entier ou plusieurs mots-clés successifs.

 

L’attribut Title

Google ne prend pas en considération de contenu de l’attribut Title, cependant, votre visiteur le voit quand il passe sa souris sur votre image.

 

Le nom du fichier

Il faut bien nommer vos fichiers, d’abord, pour votre propre organisation et aussi pour le référencement.

En effet, le nom du fichier doit être court et contenir des mots-clés séparés par un tirer. Veillez aussi à ne pas mettre des caractères spéciaux ou des « _ » et des majuscules.

 

La légende

La légende aide Google à contextualiser votre image. C’est un contenu qui décrit aussi votre image mais qui n’est pas identique à l’attribut ALT.

 

La taille de l’image

La taille de l’image influence votre SEO. En effet, une image trop lourde prendra plus de temps à se charger. En outre, si le temps de chargement de la page est trop lent, vous aurez un effet péjoratif sur votre positionnement.

 

Quel est le poids idéal d’une image ?

Généralement, une image ne doit pas dépasser les 200 Ko.

 

L’indexation

Afin d’augmenter les chances de visibilité de vos images, vous pouvez les indexer en ayant recours au Sitemaps pour images de Google.

Veuillez toutefois être patient car Google n’indexe pas en continu.

Afin de vérifier si vos images sont indexées ou non, vous pouvez effectuer une recherche en tapant « Site : votresite.com » dans Google.

 

4.2. Relire

Comme nous l’avons mentionné, les fautes de grammaire, de syntaxe et d’orthographe nuisent à votre crédibilité et à votre réputation. Veillez à relire et à réviser votre texte après la rédaction web SEO. Sachez qu’il existe des outils gratuits et payants qui vous aident à corriger votre texte.

 

4.3. Privilégier des backlinks de qualité

Les backlinks renvoient aux liens externes. Ils permettent aux visiteurs qui cliquent sur un mot-clé se se retrouver sur un autre site. Le moteur de recherche Google s’appuie sur ces liens pour ordonnancer les différents sites web.

Il faut alors veiller à avoir plus de backlinks de qualité pour booster votre positionnement.

Il sera aussi important d’obtenir des backlinks provenant d’autres sites.

 

4.4. Appliquer une réécriture URL

Si, par exemple, vous écrivez sur WordPress, une adresse URL pour votre article ou votre page sera automatiquement générée.

Toutefois, si cette adresse est trop compliquée, vos internautes trouveront du mal à vous retrouver. Vous pouvez alors la modifier pour la rendre plus simple.

 

4. 5. Analyser toujours les résultats

Une fois votre article est publié, vous devez suivre son évolution. En outre, comme on l’a déjà signalé, l’algorithme Google change souvent. Ainsi, analyser et suivre vos contenus sur le site web vous permettra de déduire les modifications et les mises à jour qu’il faut faire. Pour cela, vous pouvez utiliser des outils comme Google Analytics, SEMrush, Hotjar, Screaming Frog, etc.

5/5 (1 Review)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *